Je sens sur mes doigts le piquant du chlore. Je sens le bien-être m'envahir quand j'étire les bras. Je sens l'essoufflement du lendemain de piscine.

Je sens le piquant du chlore dans son cou. Je sens la douceur de sa peau, de la mienne, des nôtres, celle du chlore qui a décapé nos peaux. Je sens le piquant de sa barbe naissante et je pose mes lèvres dessus, mi-barbe, mi-cou. Plusieurs fois, à plusieurs endroits.

Je le sens en moi, et je suis satisfait. Longtemps il y restera. Et cette nuit, je n'aurai pas d'insomnie.